jeudi 1 décembre, 2022 | 0:10

Université Norbert ZONGO: Des mesures nouvelles pour résorber les retards académiques.

1640736552835

Le président de l’Université Norbert Zongo Pr Frédéric Ouattara avait annoncé des mesures pour résorber les retards académiques dans son institution. Certaines de ces mesures sont entrées en application depuis cette rentrée universitaire. Sidwaya l’a rencontré le lundi 20 décembre 2021 à Koudougou.

Résolument engagé dans la recherche de solutions pour tourner la page des retards académiques au sein de l’Université Norbert Zongo (UNZ) de Koudougou dont il est le président, Pr Frédéric Ouattara avait annoncé septembre 2021, un certains de mesures à prendre. Trois mois après, certaines de ces mesures sont en phase d’application a-t-il confié à Sidwaya le lundi 20 décembre 2021 dans son bureau à la présidence.

Selon lui, il y a trois composantes à l’université qui doivent travailler en tandem pour la résorption des retards dans les années académiques : les enseignants, les étudiants et le personnel administratif. Pour ce faire, explique-t-il, nous avons d’abord rencontré les directeurs et les chefs de département pour leur expliquer la nécessité de s’investir chacun à son niveau pour résoudre le problème des retards et comment nous comptons y parvenir à l’université Norbert Zongo (UNZ). « ET comme nous avions déjà recensé les problèmes à l’origine des retards parmi lesquels les copies(le temps mis pour leurs sortie, correction et leur retour), nous avons demandé à l’administration de chaque Unité de formation et de recherche (UFR) de faire point par parcours, par unité d’enseignement et de répertorier les noms des enseignants avec les unités d’enseignement qui sont destinés à chacun d’eux » fait savoir Pr Ouattara.

L’objectif étant de dire pour chaque domaine, s’il y a eu une évaluation ou pas et si oui les copiés sont à quel niveau et surtout de savoir quel est le temps mis par chaque l’enseignant pour retirer les copies, pour les corriger ainsi que leur retour pour la délibération. « Cette démarche nous a révélé qu’après un devoir les copies durent en moyenne entre un à six mois » confié-t-il.

   Deux mois pour retourner les copies

De l’avis du président de l’UNZ, on a certes, de gros effectifs dans les amphithéâtres, mais deux mois peuvent suffire pour retourner les copies même.
« D’ailleurs, il y a un enseignant qui va bientôt passer en conseil de discipline pour avoir abandonné les copies des étudiants à l’administration de juin à novembre soit 6mois. C’est au moment où on attendait ses notes pour faire la délibération qu’on s’est rendu compte qu’il n’avait même pas encore retirer les copies à l’administration » fait observer Frédéric Ouattara. Il a fallu cette nouvelle démarche, poursuit-il pour se rendre compte que des enseignants gardent des copies par devers eux pendant 6 mois et ces enseignants indélicats sont souvent couverts pour l’administration centrale, parce qu’ils sont des collègues.

Interrogé sur la sanction pourrait viser l’intéressé voici sa réponse : « Pour un enseignant, passer en conseil de discipline est déjà une sanction peu importe ce qui sera pris comme décision ». Le lauréat du Prix Afrique pour l’Excellence de la Recherche en Science spatiale 2018 ne se limite pas au seul cas. Il a alors demandé au vice-président chargé des enseignements et des innovations pédagogiques (VP-EIP) d’adresser des lettres d’explication à tous les enseignants qui détiennent des copies depuis plus de 3 mois.
Sur la base de leur réponse, on décidera de l’opportunité ou pas de les traduire en conseil de discipline parce que ce sont ces pratiques qui nous enfoncent davantage dans les retards académiques, foi de M. Ouattara. « Nous ne pouvons encourager cela parce que nous voulons définitivement tourner la page du chevauchement des années universitaires ».

Un logiciel pour la saisie et le traitement des notes

(…) En outre, fait-il savoir, toujours dans la nouvelle dynamique, nous avons acquis un logiciel « Easy-SCHOOL » pour la saisie et le traitement des notes qui permet de délibérer rapidement en évitant les erreurs dues aux plaintes et réclamations qui font perdre du temps. « Des acteurs ont déjà été formés il sera bientôt déployé et à cet effet, les enseignants vont désormais transmettre les notes en fichier numérique. Voilà les mesures prises pour réduire le retard dans son volet en lien avec les copies », a dit le professeur titulaire.

Il prévoit rencontrer également les étudiants pour échanger avec eux et leur expliquer l’intérêt des machines à correction pour l’ensemble des acteurs de l’université. Les enseignants seront formés, selon lui, et donneront leurs devoirs au format de la machine qui corrige entre 50 et 60 copies à la minute. Cela permettre de ramener la délibération à une semaine après la composition du devoir.

De la régie et des bureaux des enseignants

Le retard du paiement de la surveillance des devoirs et de la vacation entrainait des grèves qui perturbaient les activités académiques. Désormais c’est un vieux : « Nous avons donc crée un poste de régisseur ayant en charge toutes ces questions. Depuis lors, les gens qui grevaient appellent maintenant pour demander à venir surveiller parce qu’ils sont bien payés et à temps ».

Aux dires du patron de l’UNZ, pour résoudre le problème de bureau des enseignants, les travaux du chantier de la bibliothèque qui étaient arrêtés depuis 2012, ont repris et 45 bureaux sont prévus. Il y aura également une vaste salle de 2000 places ce qui va réduire les charges locatives. Sans oublier la réalisation de salles annexes au premier niveau de l’étage pour les travaux dirigés (T.D).

Toutes ces mesures ont été mises en œuvre grâce au soutien et à l’accompagnement du ministre en charge de l’enseignement supérieur Pr Alkassoum Maïga, et c’est le lieu pour moi de lui dire merci pour ces efforts au profit de l’UNZ se réjouit notre interlocuteur.

Il a salué les différents acteurs les enseignants en particulier. « C’est grâce à vos efforts conjugués que l’université poursuit son œuvre de construction et de modernisation », a-t-il reconnu. « Mais j’insiste sur la responsabilité de chaque acteurs car autant nous avons des droits autant nous ne devons pas oublier nos devoirs. Des étudiants sont passés en conseil de discipline, des enseignants y passeront également pour rappeler la nécessité pour chaque acteur de jouer sa partition pour un retour à une année universitaire normale » (conclu le Pr Frederic Ouattara).

Beyon Romain NEBIE
beynebie@gmail.com
Les intertitres sont de l’UNZ

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dimanche 27 novembre, 2022 à 13:45
vendredi 25 novembre, 2022 à 17:39
vendredi 25 novembre, 2022 à 17:26
vendredi 25 novembre, 2022 à 16:14