mardi 16 août, 2022 | 18:50

PDI 2021 de l’OCADES Nouna : 96 % de réalisation et plus de 230 millions investis

IMG-20211229-WA0022

Les acteurs du Programme de développement intégré ( PDI ) de l’OCADES Caritas Nouna se sont réunis ce 29 décembre 2021 dans la salle de réunion du Centre Badenya de Nouna. Il était question de faire le bilan des activités menées en 2021 et programmer celles à mener en 2022.

Des officiels

Le PDI est né de la collaboration entre l’OCADES Nouna et la Fondation Chrétiens pour le Sahel basé au Luxembourg. Il intervient dans les provinces de la Kossi et des Banwa en appuyant les communes de Nouna et de Sanaba dans leurs efforts de développement. Il a débuté en 2019 et prendra fin en 2023.

Des participants

Au cours de l’année 2021, le programme a pu réaliser 96 % des activités programmés malgré un contexte sécuritaire difficile. L’on retient la construction de 3 salles de classe à Kéréna, 3 autres à Gnoumakuy, la réhabilitation de 3 salles de classe à Bagala et la construction de latrines scolaires. Le PDI a également organisé des formations au profit des acteurs de l’éducation. Sur le plan environnemental, il y a la délimitation de forêts villageoises, la réalisation d’émissions radio pour sensibiliser les populations sur les effets de la carbonisation, des sessions de reboisement qui ont permis de mettre sous terre plus de 800 plants. Pour inculquer l’amour et les habitudes de protection de l’environnement aux tout petits, 4 jardins nutritifs ont été réalisés dans les écoles de Kéréna, Bérenkuy, Dio et Niankuy.

Dans le domaine de l’agriculture, le PDI a réalisé des champs appelés parcelles vitrines communautaires en vue de familiariser les populations aux techniques efficaces de production agricole. Des formations ont été faites sur la fabrication d’engrais liquide et du compost afin d’améliorer les rendements des bénéficiaires. Les villages de Pèkuy et de Dio ont bénéficié chacun d’un magasin de warantage et d’une aire de séchage. Des activités génératrices de revenus ont été aussi mises en place au profit des femmes. Il s’agit de la création d’une unité de transformation de pâte d’arachide à Nouna et de l’accompagnement des femmes des villages dans la fabrication du savon et du soumbala. Au niveau de l’élevage, 55 ménages ont été dotés en animaux en plus de la mise en place de la production fourragère.

Ce bilan a donné un réel motif de satisfaction à Jérémy Somé, Coordinateur du PDI. Selon lui, plus de 230 millions ont été investis. Ce qui a permis de réaliser 96 % des activités programmées.

Jérémy Somé

Pour Issoufou Traoré, Maire de Nouna, la modicité des ressources de la commune entrave énormément la réalisation des projets de développement. Il s’est néanmoins réjoui de l’engagement de l’OCADES à jouer sa partition combien salvatrice. << Les acquis du PDI sont nombreux et multiformes >>, a-t-il terminé.

Issoufou Traoré

<< Dieu soit loué pour ce que nous avons pu réaliser en 2021 malgré le contexte sécuritaire difficile >>, a affirmé l’abbé Sébastien Sanou, Secrétaire exécutif de l’OCADES Nouna. Il a continué en adressant des remerciements aux acteurs et aux partenaires du PDI pour la résilience et l’engagement à contribuer à l’épanouissement des populations.

Sébastien Sanou

Après avoir fait observer une minute de silence en mémoire des victimes de la crise sécuritaire, le Président du conseil de gestion de l’OCADES Nouna, Johany Kienou a salué l’esprit de redevabilité des acteurs du PDI. << C’est une opportunité pour apporter des critiques positives afin d’améliorer les manières de faire >>, pense-t-il. C’est pourquoi il a invité les participants à analyser les insuffisances en vue de proposer des solutions.

Johany Kienou

Représentant l’Evêque de Nouna Monseigneur Joseph Sama, l’économe diocésain Bertin Naboho est revenu sur les objectifs escomptés par le PDI. Il s’agit selon lui, d’améliorer durablement les conditions de vie des ménages bénéficiaires. Il a alors salué les efforts des acteurs et les a invités à être davantage résilients, à être des partisans de la paix et de la tolérance.

Bertin Naboho

A l’issue des échanges autour du bilan de 2021, les participants ont abordé la programmation des activités de 2022. L’on retient entre autres la construction de 3 salles de classe à l’école secteur 6 de Nouna, d’un magasin de warantage à Kéréna, le renforcement des capacités des acteurs de l’éducation, l’accompagnement des paysans, la réalisation d’habitats au profit des éleveurs et le renforcement de la production fourragère. Il y aura également la réalisation de 3 forages et l’immatriculation des forêts déjà délimitées.

Issa Mada Dama

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

mardi 16 août, 2022 à 13:39
mardi 16 août, 2022 à 13:39
Santé : La Covid-19 toujours d’actualité
mardi 16 août, 2022 à 13:29
mardi 16 août, 2022 à 11:54