mardi 6 décembre, 2022 | 6:36

Situation sécuritaire de Kombori : Le maire Moussa Djibo nous en parle.

2-2

Depuis plus d’un an, la commune de Kombori dans la province de la Kossi est victime d’une multitude d’agressions dont la dernière a eu lieu ce 16 août 2020. La situation est telle que la commune est en train de se vider de ses populations. Lisez l’entretien que le Maire Moussa Djibo nous a accordé ce 17 août 2020.

Moussa Djibo

Timanews.net (TN) : Décrivez-nous la situation sécuritaire qui prévaut dans votre commune.

Moussa Djibo (MD) : Kombori est une commune située à une centaine de kilomètres au nord de Nouna. Elle fait frontière avec le Mali. C’est depuis 2018 que la situation sécuritaire s’est détériorée dans la commune. Il s’agit d’un conflit communautaire que nous avons hérité du Mali voisin et des attaques terroristes. Les assaillants viennent du Mali.

TN : Quel est le sort des populations de la commune ?

MD : La population souffre énormément. Beaucoup ont déjà fuient la commune. Le nombre de déplacés est évalué à plus de 4000 personnes, y compris les réfugiés maliens. Le chef-lieu de la commune qui est Kombori-koura s’est vidé de son monde après l’attaque du 11 août 2020. Depuis le début de la crise, les dégâts matériels sont inestimables : 5 villages ont été attaqués, pillés et incendiés (des greniers calcinés, des motos et des charrettes emportées et d’autres brûlés, tous les animaux emportés, les maisons incendiées…). La commune a enregistré plus de 50 morts. Ce 16 août 2020, deux villages à savoir Kombori-koura et Sanssambari ont été attaqués simultanément et incendiés. Cette énième attaque a fait un mort et deux personnes portées disparues.

Des femmes abandonnant leur village

TN : Que fait l’Etat pour venir au secours de la commune ?

MD : L’Etat intervient à travers des soutiens, notamment en vivres au profit des déplacés. Les Forces de défense et de sécurité (FDS) sont à nos écoutes et font très souvent des patrouilles dans la commune. Malheureusement la situation va de pire en pire.

TN : Que proposez-vous comme solution ?

MD : Pour juguler cette crise il faut impérativement installer une base militaire dans la commune car elle est une grande porte d’entrée pour avoir accès à toute la province de la Kossi. Si notre commune venait à disparaître comme nous le sentons venir, il faut aussi s’inquiéter pour le reste de la province. En rappel, il n’y a ni un poste de gendarmerie ni de commissariat dans la commune.

TN : Que faites-vous au niveau local ?

MD : Nous accompagnons les sinistrés en leur garantissant un site d’accueil. Les populations des autres villages et les parents de la diaspora ivoirienne leur viennent aussi en aide.

TN : Votre mot de la fin

MD : Nous sommes un peuple agricole à plus de 99℅. Mon souhait est que la population  puisse revenir sur ses terres pour pouvoir sauver la saison agricole en cours. Je remercie votre journal qui a toujours appelé les autorités et les partenaires à notre secours. Je sollicite une fois de plus de l’État la mise en place d’un détachement militaire dans la commune pour qu’elle puisse être sauvée.

Propos recueillis par :

Issa Lazare Kolga

Issa Mada Dama

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

lundi 5 décembre, 2022 à 20:02
dimanche 4 décembre, 2022 à 20:25
vendredi 2 décembre, 2022 à 10:15
vendredi 2 décembre, 2022 à 10:00
jeudi 1 décembre, 2022 à 8:00