jeudi 1 décembre, 2022 | 1:25

Reprise des cours : 4 syndicats de la Boucle du Mouhoun donnent de la voix.

Il s’agit du F-SYNTER , SYNATEB, SYNTAS et du SYNAPAGER. Les responsables de ces quatre structures ont tenu une assemblée générale ce 8 juin 2020 à Dédougou pour le compte de la région de la Boucle du Mouhoun. A l’issue de cette rencontre, des décisions ont été prises. Voici l’intégralité des déclarations.

Des participants à l’assemblée générale

 F-SYNTER – SYNATEB – SYNTAS – SYNAPAGER

COORDINATIONS RÉGIONALES DE LA BOUCLE DU MOUHOUN

__________________________________________________________________________________

 Dédougou le 08 juin 2020

DECLARATION CONJOINTE A L’ISSUE DE L’ASSEMBLEE GENERALE SUR LA 

SITUATION DE REPRISE SCOLAIRE

Le conseil des ministres du 27 mai 2020 a décidé de la reprise des activités pédagogiques uniquement  dans les classes d’examens dans ce contexte de pandémie à Corona virus. Lors de cette même séance,  l’année scolaire dans les classes intermédiaires a été déclarée achevée avec à la clé, une seule moyenne  trimestrielle dans la quasi-totalité des cas. Pour la mise en œuvre de cette reprise, le gouvernement s’est engagé à grand bruit à prendre des dispositions pour que les mesures barrières recommandées soient  appliquées afin de contenir la propagation du virus. Il a donc annoncé la désinfection des salles de classe, doter chaque élève, chaque enseignant ou personnel administratif du public comme du privé de deux  masques (cache-nez). Chaque établissement devait disposer en outre de matériel adéquats de lavage des  mains mais également se réorganiser afin que l’exigence de distanciation physique d’au moins 1m soit  respectée. 

Une semaine après la reprise officielle, force est de constater de façon décevante que le gouvernement  n’a pu tenir ses promesses dans notre région. C’est pourquoi, l’Assemblée Générale tenue ce jour 08 juin  2020 s’est décidée à faire le point de la situation afin d’adopter une posture adéquate. Il ressort en effet  que dans les publics, la dotation en masque est d’à peine un par élève ou par enseignant ; les dispositifs de  lavage des mains restent un luxe pour la majorité des établissements ; la distanciation physique est jusque-là royalement ignorée dans certains établissements. Quant aux établissements privés, à la date  d’aujourd’hui, beaucoup d’entre eux n’ont pas encore été dotés en masques et en dispositifs de lavage des  mains. Beaucoup prétextent également de manque des moyens financiers pour ne pas respecter la  distanciation entre élèves. Pourtant, le ministre de la communication et celui de l’éducation scandaient  sur tous les toits que les classes resteraient fermées si un seul élève venait à manquer de masques. 

Aujourd’hui, alors que des centaines d’élèves et d’enseignants sont sans masques, le ministre de  l’éducation annonce à grandes pompes la réussite de la reprise des activités pédagogiques. Comment ne pas être sidéré par cette inefficacité du gouvernement quand on sait que la reprise scolaire a été trois fois  reporté pour ne finalement concerner que les classes d’examens ? Cet état de fait montre clairement le  hiatus entre les belles paroles des autorités en charge de l’éducation et la réalité du terrain. On est donc en  droit de se poser la question de savoir où sont passés les milliards mobilisés pour une reprise sereine des  cours.

Incapables de s’assumer devant cette inconséquence du gouvernement, certains chefs d’établissement exigent aux parents de trouver eux-mêmes des masques pour leurs enfants. Ces initiatives individuelles  sont visiblement animées et soutenues par un zèle légendaire et des calculs politiciens. C’est dans cette  cacophonie inédite que des responsables d’établissements ou des CEB, des DPEPS et DPEPPENF enjoignent aux enseignants des établissements partiellement dotés ou non dotés, à reprendre les cours au  mépris de tout principe de précaution. Certains d’entre eux organisent même des tournées ostentatoires,  brandissant une réquisition d’ailleurs totalement illégale et prenant çà et là des listes de collègue s qui  auraient repris les cours. De tels comportements de flicage témoignent du cynisme de ces autorités qui  ont choisi d’intimider et éventuellement de faire sanctionner nos militants pourtant inscrits dans la légalité  et la dynamique du respect rigoureux des mesures barrières énoncées par le gouvernement lui-même. 

Cette attitude irresponsable de ces administratifs responsabilisés montre à souhait que la santé des acteurs  de l’éducation est de loin le cadet de leurs soucis.

Par ailleurs, plus de sept cents quarante (740) agents du MENAPLN ont vu leur salaire injustement et  illégalement suspendu ou coupé à partir de fin mars 2020 dont plus d’une soixantaine dans notre région.  Le rétablissement et surtout le remboursement des sommes coupées se font sur la base des colorations  syndicales et /ou politiques. A ce propos, il nous revient que certains responsables administratifs  proposeraient à certains de nos militants le remboursement de leur salaire en contrepartie de leur adhésion aux syndicats accompagnateurs du gouvernement ou au parti au pouvoir, le MPP. Cette attitude est aux  antipodes des principes de l’Etat de droit et remet ouvertement en cause la neutralité du service public tel  que le stipule l’article 44 de la loi 081-2015/CNT portant statut général de la fonction publique. 

De l’analyse de la situation, on relève ce qui suit : 

1. Dans ce contexte de pandémie, la préservation de la santé de tout acteur de l’éducation doit être la  première des préoccupations avant toute considération ;

 2. La mise en œuvre disparate des mesures barrières par la faute du gouvernement entraine dans les  différents établissements de la région, une reprise disharmonieuse des cours. Ce qui conduira  inévitablement à accroitre l’inégalité des chances de réussite des élèves à l’examen et met en  danger la santé des enseignants et des apprenants ;

3. Les enseignants des établissements en attente de dotation et qui ne peuvent donc entrer en classe  pour le moment, sont sujets à des stigmatisations, à des intimidations et sont désormais exposés à  d’éventuelles représailles.

4. La répression haineuse, illégale et arbitraire perdure jusqu’à nos jours sur nos camarades. Ce  cynisme machiavélique n’est pas sans conséquence sur la motivation de ces derniers et de l’ensemble des camarades en ce moment crucial de l’année scolaire. Humainement, nous ne  pouvons reprendre normalement et sereinement les cours sans constater que notre légitime  exigence de les voir restaurer dans leur droit ait été satisfaite. La lutte s’impose.

C’est pourquoi, l’Assemblée Générale

– appelle tous les militants et sympathisants à suspendre toute activité pédagogique aussi bien dans  le public que dans le privé à compter de ce jour 08 juin 2020 jusqu’à dotation complète et  suffisante de tous les établissements de la région. 

– Met en garde le gouvernement ou ses sbires contre toutes les velléités de répression et de  représailles que viendraient à subir nos militants sur le terrain.

Non au saccage de la qualité de l’éducation!

Non à la liquidation du mouvement syndical !

COORDINATION DES SYNDICATIONS DE L’EDUCATION DE LA BOUCLE DU 

MOUHOUN (FSYNTER –SYNAPAGER –SYNATEB –SYNTAS)

 LETTRE DIRECTIVE n° 2

 L’assemblée générale de la Coordination des Syndicats de l’Éducation sus cités tenue le 08 juin 2020 a procédé à une analyse des conditions de reprises des cours et du point des  suspensions des salaires dans la régionale de Boucle du Mouhoun. De cette analyse, il ressort  que :

1- En dépit des annonces faites par le gouvernement de doter les établissements de  masques de protection (2 par apprenant et 2 par enseignant) et de disponibiliser des  dispositifs de lavage des mains, de désinfecter les salles de classe des zones ayant  enregistré des cas, avant toute reprise d’activités pédagogiques, nombreux sont les  établissements qui n’en disposent toujours pas une semaine après cette reprise. Seuls  les établissements des centres villes ont reçu un masque de protection par élève,  laissant ainsi des milliers d’élèves et enseignants dans une grande inquiétude avec un  risque de contamination à grande échelle de la COVID-19. Pour un besoin de masques  de protection estimé à 151 168, la Boucle du Mouhoun (3ème région à enregistrer plus  de cas positif de la COVID-19 au Burkina) n’en a reçu que 63231

2- De la suspension des salaires

Plus de deux mois passés, les salaires suspendus en Mars 2020, n’ont toujours pas été  rétablis pour certains et pour d’autres certaines indemnités ont été mises en extinction. 

Plus d’une soixantaine d’agents dans la région subit cette répression salariale. Le  gouvernement en décidant de cette répression foule au pied du même coup l’arrêté  conjoint 2013-195/MEF/MEFPTS portant procédure de traitement et modalité de  liquidation de la retenue pour fait de grève. 

Nos organisations syndicales depuis le 5 mai 2020, ont notifié aux autorités du 

MENA-PLN que la restitution et le rétablissement des salaires suspendus constituent  des préalables pour toute reprise normale des activités pédagogiques

Au regard de ce qui précède les Coordinations Régionales FSYNTER, SYNAPAGER 

SYNATEB SYNTAS de la Boucle Mouhoun décident :

– La suspension de toutes les activités pédagogiques en attendant une dotation  conséquente de tous les établissements sans exception de la région

– La non remise des notes

– La non transmission des courriers, rapports, données statistiques, bilans  financiers

– La non-participation aux activités organisées par le MENA-PLN (rencontres  statutaires, formations pédagogiques, OSCLEP, USSUBF).

Elle invite également ses militants au strict respect des actions contenues dans  la Lettre Circulaire Conjointe des bureaux nationaux.

Camarades, dans un contexte où le gouvernement est dans une dynamique de répression,  seule notre mobilisation et notre détermination nous permettront de protéger les libertés  syndicales et de garantir la sérénité de tous les travailleurs.

 Les coordinations provinciales, départementales et communales sont donc invitées à la mise  en œuvre correcte et diligente de ces directives.

Pour une éducation qualité, en AVANT !

F-SYNTER -SYNAPAGER -SYNATEB -SYNTAS

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dimanche 27 novembre, 2022 à 13:45
vendredi 25 novembre, 2022 à 17:39
vendredi 25 novembre, 2022 à 17:26
vendredi 25 novembre, 2022 à 16:14