mardi 6 décembre, 2022 | 6:55

Les priorités actuelles du ministère de la Santé: Pr Charlemagne Ouédraogo échange sur le sujet avec des journalistes

FB_IMG_1618753140725

Le ministère de la Santé à travers la Direction de la Communication et de la presse ministérielle, a organisé, le samedi 17 avril 2021, à Ouagadougou, un déjeuner de presse. Ce cadre a permis au premier responsable du département de la Santé, d’échanger avec une quarantaine de journalistes et rédacteurs en chef.

Le ministre de la Santé, Professeur Charlemagne Ouédraogo, accompagné de ses collaborateurs, a présenté aux femmes et hommes de médias, les projets et les priorités actuels de son Département. C’était au cours d’un déjeuner de presse au cours duquel le ministre a sollicité l’accompagnement de ces acteurs, pour transmettre des informations sûres et de qualité aux populations, principales bénéficiaires des offres en matière de santé. Il a rappelé que le ministère de la Santé a, entre autres, missions, la promotion de la santé des populations, la garantie à tous, l’accès aux services de santé de qualité, en somme le bien-être des Burkinabè.

Les priorités actuelles du ministère de la Santé portent sur le plan d’urgence pour les hôpitaux de référence, en cette période de COVID-19, et l’introduction des vaccins contre la maladie à coronavirus, au Burkina Faso. Sur ces points, le directeur général de l’offre des soins, Dr Salif Sankara, a fait une présentation du plan d’urgence. Il en ressort que ce plan vise à rehausser le plateau technique des hôpitaux de référence afin de restaurer la confiance des populations vis-à-vis des structures sanitaires.

Le directeur général de la santé publique, Dr Emmanuel Seini, a présenté le plan national de déploiement et de vaccination contre la COVID-19. Le mécanisme COVAX, le contexte de l’introduction des vaccins, les démarches entreprises par le ministère, les cibles de la vaccination et les stratégies qui sont mises en place ont été clairement présentés aux journalistes.

A l’issue des présentations, les échanges ont essentiellement porté sur la nécessité de la vaccination contre la COVID-19, les rumeurs qui courent sur ces vaccins, les dispositifs de contrôle mis en place, les types de vaccins qui seront introduits au Burkina Faso. Sur ces préoccupations, Professeur Ouédraogo a d’abord rassuré que toutes les dispositions sont prises pour que les vaccins n’aient pas des répercutions sur la santé des populations. Sur la question de la nécessité, il a souligné qu’aucune maladie n’a autant paralysé l’économie du pays. « De l’histoire des maladies qui endeuillent le Burkina Faso, il n’y a pas une seule maladie qui a empêché le monde de sortir, il n’y pas une seule maladie qui empêchent les petites activités de se dérouler », a précisé monsieur le ministre. Il a par ailleurs insisté que la vaccination contre la COVID-19 sera volontaire et non obligatoire.

Source: DCPM/Santé

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

lundi 5 décembre, 2022 à 20:02
dimanche 4 décembre, 2022 à 20:25
vendredi 2 décembre, 2022 à 10:15
vendredi 2 décembre, 2022 à 10:00
jeudi 1 décembre, 2022 à 8:00