jeudi 29 septembre, 2022 | 17:29

Les Délires de Mada : Sankara n’est pas mort, vous l’avez tué !

1660781277098

La conviction a, au moins, le mérite de nous maintenir dans la bataille.

Es-tu prêt à céder la moitié de ton salaire pour la cause du pays ? Es-tu prêt à mettre une partie de tes recettes pour le développement de la nation ? Es-tu prêt à mettre ta force physique au service de la patrie sans contrepartie ? Répondez non ! En même temps, arrêtez de crier le nom de Thomas Sankara dans vos discours et causeries. Vous l’avez tué après son assassinat.

Le Burkina avait une fière identité : l’intégrité ! Je suis né après la révolution. Mais j’ai lu tellement d’oeuvres et écouté tellement de témoignages sur cette époque. Je ne suis pas peut-être le mieux placé pour parler des exploits de ce surdoué de Capitaine dans la marche du Burkina vers le développement. Mais, ce que je peux dire, c’est que Thom Sank est beaucoup admiré et est la référence de ma génération, pour toute la nation et au-delà. Toutes les situations auxquelles notre pays est actuellement confronté, lui et Norbert Zongo en avait parlé en langage clair. Alors pourquoi l’on n’exploite pas son idéologie pour l’essor de notre pays ?

Sankara a commis l’erreur de se laisser assassiner pour son peuple. Et pour se venger, le peuple l’a encore tué en refusant le chemin qu’il a tracé, en abandonnant l’intégrité pour l’hypocrisie, en sabotant l’intérêt du groupe pour les intérêts individuels égoïstes, en préférant le vin pour quelques-uns au lieu de l’eau potable pour tous, en hypothequant l’avenir de la future génération pour les plaisirs temporels…

J’ai toujours dit que les Burkinabè devraient refuser maintenant qu’on appelle leur pays le pays des hommes intègres. Car, maintenant, dirigeants woo, populations woo, on se ment, on se haie, on sourit quand on est ensemble et on se lance des flèches quand on se tourne le dos. Tout cela pour nos intérêts égoïstes. Un ami m’a dit que des burkinabè peuvent se développer mais que le Burkina ne peut plus jamais se développer. Je lui ai dit que si je deviens Président… Bon, huumm. Je commencerai par emprisonner tous ceux qui ont refusé de m’aider quand j’étais en galère. Surtout les filles qui m’ont refusé là, eh Allah. Non, la vie est belle quoi. Sauf que moi je suis un garçon perdu à la recherche d’un me pour l’ajouter à mon Mada.

Issa Mada Dama
Timbanews.net

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

jeudi 29 septembre, 2022 à 13:09
jeudi 29 septembre, 2022 à 10:53
mercredi 28 septembre, 2022 à 17:24
mercredi 28 septembre, 2022 à 16:22
mercredi 28 septembre, 2022 à 13:50