mercredi 7 décembre, 2022 | 7:53

Grandes Nuits des Communautés Burkina Faso : Des jeunes porteurs du message de la paix et du vivre ensemble

IMG-20211005-WA0031

L’association ImpactAdo Burkina a organisé le Forum National des Communautés ce samedi 25 septembre 2021. De jeunes conférenciers et communicateurs ont partagé leur expérience juvénile avec leurs camarades de même âge et le public adulte. Ce forum inédit s’est tenu sur environ deux heures d’horloge dans la salle de spectacle du conseil régional.

Une vue du présidium

Activité de réflexions, de communication et de partage d’expériences, le Forum National des Communautés s’est tenu ce 25 septembre 2021 au deuxième jour des Grandes Nuits des Communautés du Burkina Faso. Initié par l’association ImpactAdo Burkina, la deuxième édition était placé sous le thème ‘’ Promotion de la paix et de la cohésion sociale, quelles contributions de la jeunesse ’’. Ce thème a été décortiqué et débattu par les facilitateurs d’un après midi. Les thématiques ont été abordées par des élèves et des étudiants en l’occurrence Séverine Sawadogo, Démé Adama, Dieudonné Zagré et Boly Aminata.
Avec la technique du jeu de rôle, l’animation a été assurée par l’artiste slameuse Aminata Diallo.

Aminata Diallo

Les différentes interventions ont permis de poser clairement le contexte du climat d’insécurité. Les intervenants à la lumière de leur expérience ont ensuite proposé des solutions à même de résoudre le problème. Comment cultiver un climat de vivre ensemble et de cohésion sociale ? Voici la question cruciale du moment et les jeunes conférenciers ont maitrisé le sujet sous les admirations de leurs camarades jeunes et des participants en cette matinée du 26 septembre 2021.

Ibrahim Donyéré, promoteur des Grandes Nuits des Communautés a pris la parole en premier pour présenter l’esprit dans lequel se tient le forum national des communautés. « Ce sont des jeunes qui vont partager leurs expériences. Nous voulons par ce choix que le message de la recherche de la paix, de la cohésion sociale et du vivre ensemble soit porté par les jeunes et les adolescents eux-mêmes » a expliqué d’entrée de jeu le promoteur.

Ibrahim Donyéré


Les jeunes conférenciers ont l’un après l’autre fait l’état des lieux de la situation du manque de paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso. Pour eux, la solution du manque de paix réside dans le changement de comportements de la population.
Séverine Sawadogo, étudiante en économie à l’université Norbert Zongo a abordé le thème des Grandes Nuits des Communauté Burkina Faso. Première facilitatrice, elle s’est exclamée: « Pour assurer le bien-être de la communauté, il faut faire preuve de patriotisme, de civisme ». Poursuivant son développement, elle a cité le père de la révolution d’Août 1983. « Nous ne devons pas laisser le monopole de la pensée de l’imagination et de la créativité à nos seuls ennemis d’hier et d’aujourd’hui » a insisté l’étudiante.

Severine Sawadogo

Dieudonné Zagré, le second facilitateur a évoqué la thématique du développement personnel comme une solution dans un contexte où la recherche de la paix demeure une équation à plusieurs inconnues. « J’aimerais voir une jeunesse du Burkina Faso renouvelée. Faisons fi de nos différences, acceptons nous, mettons nous ensemble pour le développement de notre patrie, le Burkina Faso » a souhaité Dieudonné Zagré.

Dieudonné Zagré

L’utilisation des réseaux sociaux à bon escient, l’autre combat pour les jeunes

C’est l’étudiant Démé Adama de l’université Norbert Zongo de Koudougou qui a partagé sa jeune expérience sur l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes. « La mauvaise utilisation des réseaux sociaux par les jeunes est une réalité. Nous constatons des cas de désinformations récurrentes sur les réseaux sociaux, le partage des fake news avec des conséquences comme la cybercriminalité », a expliqué Monsieur Démé
Il a fini par conclure que cette mauvaise utilisation constitue des maux. Il a ainsi invité les jeunes à prendre conscience et à éviter des publications et des partages tout azimut sans vérification préalable de la source de l’information.

Adama Démé

Abordant le volet culturel, la dernière facilitatrice, Boly Aminata élève en classe de terminale D au collège Privé Saint Gabriel de Dédougou a insisté sur la valorisation de la culture, et des pratiques culturelles comme une solution explorable pour sauvegarder la paix au Burkina. « Je pense que la connaissance des valeurs coutumières et traditionnelles est importante pour la culture de la paix et de la cohésion sociale » a-t-elle dit.

Aminata Boly

Au terme des échanges, le Maire de Barani, Hamidou Sidibé a salué la tenue du Forum National des Communautés initié dans le cadre des Grandes Nuits des Communautés Burkina Faso. « Nous sommes très comblé de ce que nous avons vu. Cette jeunesse est consciente et engagée. Consciente dans sa société et engagée pour la transformation positive de la société. Nous sommes rassuré que la relève est assurée » a-t-il déclaré.

Hamidou Sidibé

La modératrice des échanges, Aminata Diallo par ailleurs secrétaire Général de l’Association ImpactAdo s’est prononcée sur la qualité des propos des facilitateurs et sur les propositions faites par les jeunes eux-mêmes pour la culture de la paix. « Nous retenons que le secteur de l’éducation est le socle pour la paix durable. Egalement, il a été recommandé plus d’équité, d’égalité et de justice dans la société d’aujourd’hui pour bâtir une paix et cohésion sociale durable » a conclu la secrétaire générale.

Les invités et les jeunes ont pu visiter les différents stands du village des communautés dressés dans le cadre des Grandes Nuits des Communautés du Burkina Faso. Rendez-vous a été pris pour la troisième édition.

BENEVENIT

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

mardi 6 décembre, 2022 à 21:00
lundi 5 décembre, 2022 à 20:02
dimanche 4 décembre, 2022 à 20:25
vendredi 2 décembre, 2022 à 10:15
vendredi 2 décembre, 2022 à 10:00