dimanche 14 août, 2022 | 12:32

Education inclusive : Des enseignants formés dans la Kossi

62d43d16-2846-4f1f-be72-391db26a73f8

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’éducation inclusive dans les écoles du Burkina Faso, une cinquantaine d’enseignants ont reçu une formation dans la Kossi. Cinq jours durant, les participants se sont approprié le contenu de cette nouvelle approche  conçue pour réaliser de l’éducation pour tous. C’était du 21 au 25 septembre 2020 à Nouna.

L’éducation inclusive est une approche qui tient compte des besoins particuliers en matière d’enseignement et d’apprentissage de tous les apprenants, y compris ceux en situation de vulnérabilité. Elle vise à assurer à tous les enfants l’égalité des droits et des chances en matière d’éducation. Basée sur la valorisation et la diversité comme éléments enrichissant du processus d’enseignement-apprentissage, cette approche tire son fondement des nombreuses chartes, conventions et déclarations internationales auxquelles notre pays est signataire. Il est question d’admettre que tous les enfants peuvent apprendre et faire en sorte que les enfants dits normaux et ceux en situation de handicap apprennent ensemble afin de promouvoir une société inclusive.

La session de formation des acteurs de la Kossi avait pour but  de sensibiliser les bénéficiaires et les outiller en pratiques pédagogiques nécessaires à la prise en charge de tous les apprenants, notamment ceux handicapés et ceux ayant des troubles d’apprentissages. « L’éducation inclusive est une nécessité pour notre pays où la politique éducative est axée sur l’éducation pour tous. J’invite les bénéficiaires de cette formation à réinvestir les acquis durant leur pratique classe. Je sollicite également l’accompagnement des autorités de la province dans la promotion de cette approche. Chaque structure pourrait par exemple intégrer l’approche dans ses plans d’action afin de faciliter la sensibilisation des acteurs du monde éducatif et de toute la communauté», a lancé Damatou Guinko/Bancé, chef du service de la Promotion de l’éducation inclusive et formatrice à la session de la Kossi.

Damatou Guinko/Bancé

C’est à travers des exposés, des échanges directs, des travaux de groupes et des simulations des situations de handicap que les participants ont acquis les généralités sur l’éducation inclusive, les notions essentielles sur le handicap et les pratiques éducatives et pédagogiques en inclusion scolaire.

Séance de simulation de la situation de no-voyant

Les participants énormément apprécié la qualité de la formation.

Des Formateurs
Une formatrice

Pour Daouda Traoré, agent au service de l’éducation inclusive, de l’éducation des filles et du genre à la direction provinciale de l’enseignement post primaire et secondaire de la Kossi, la session a été très enrichissante. « L’accueil des enfants en situation de handicap est parfois difficile dans nos écoles du fait que tous les acteurs ne sont pas formés à les prendre en charge. Cette formation nous a permis non seulement de savoir que nous devons accueillir ces enfants, mais aussi à pouvoir prendre des dispositions pour satisfaire leurs besoins d’être éduqués », a-t-il dit.

Daouda Traoré

Maboutou Balo en service à l’école primaire Centre A de Nouna, lui, nous confié sa satisfaction en ces termes : « Cette cession m’a apporté beaucoup de connaissances et je me sens plus apte à prendre en compte tous les apprenants qui me seront présentés. Je m’engage surtout à partager mes acquis avec mes collègues qui n’ont pas encore bénéficié de d’une telle formation. Je souhaite cependant que tous les enseignants soient formés afin que les avantages de l’éducation inclusive profite à tous les enfants du Burkina ».

Maboutou Balo

Un nouveau vent souffle ainsi sur de l’école burkinabè, car enfants non-voyants, non-entendants, atteints de troubles mentaux et enfants dits normaux partageront désormais les mêmes salles de classe pour acquérir le savoir. La rentrée scolaire 2020-2021 s’annonce donc avec de bonnes perspectives. Pourvu que le bras de fer entre syndicats de l’éducation et gouvernement ne reprenne pas le dessus au risque d’entraver le bon déroulement des enseignements.

Issa Mada Dama

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.