jeudi 2 février, 2023 | 0:58

Coup d’Etat du 30 septembre : Des habitants de Dédougou se prononcent

IMG-20221003-WA0015

Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat le 24 janvier 2022, Paul Henri Sandaogo Damiba a été renversé par un autre coup d’Etat le 30 septembre 2022 après 8 mois et 6 jours de gestion du Burkina. Qu’en pensent les habitants de Dédougou ? Nous vous proposons quelques points de vue que des personnes ont accepté partager avec Timbanews.net ce 1er octobre dans la ville.

« Je suis très contente de ce coup d’Etat que j’attendais vivement », s’est réjouie une agente da la santé. Selon elle, le Président Roch était ‘’mille fois’’ mieux que le Président Damiba dans la gestion de la crise. Cet avis est totalement partagé par Omar Victor Gnamou, agent à la SONABEL. Pour lui, les nouveaux hommes forts du pays ont bien fait d’anticiper car le pays fonçait tout droit dans le chaos. « Le pays n’était pas du tout dans la bonne direction. Le Président Damiba manquait de dynamisme et on ne le sentait pas dans le combat. Il était aussi beaucoup intéressé à la politique au lieu de maximiser les efforts pour le retour de la sécurité. Je souhaite que ceux qui l’ont renversé accordent toute la priorité à la reprise des territoires occupés et après ils vont s’occuper des autres choses, une fois la paix rétablie », a-t-il ajouté.

« Par principe, je suis contre les coups d’Etat », nous a confié un homme de la soixantaine que nous avons rencontré dans un kiosque. Ce qui n’est pas du tout la vision de son camarade avec lequel il partageait la même table. « Il y a des coups d’Etat qui sont mieux que des élections. C’est pourquoi on a applaudi Damiba quand il a renversé Roch Kaobré. C’est donc logique que celui-ci soit aussi renversé puisqu’il n’est pas arrivé à satisfaire les attentes », s’est défendu ce dernier.

Drissa Baba Konaté est élève en classe de BEP. C’est au grin de thé que nous l’avons rencontré. « Je soutiens sincèrement ceux qui ont eu la bonne idée de renverser Damiba car rien ne s’est amélioré en ce qui concerne la situation sécuritaire depuis son arrivée au pouvoir. Pour moi, la situation s’est empirée parce que Damiba était sous le contrôle de la France qui n’est pas un partenaire fiable. Je ne demande pas forcément au nouveau Président de se tourner vers la Russie mais qu’il remotive et réorganise notre armée pour nous défendre nous-mêmes. Cela n’exclut pas cependant la recherche de partenaires sincères car on ne peut pas compter sur la France. Je souhaite surtout que Emmanuel Zoungrana et Gilbert Diendéré soient libérés pour les impliquer dans le combat. La justice viendra quand on a aura fini de libérer notre pays », a-t-il affirmé.

« Moi j’ignore totalement comment les choses fonctionnent au sommet. Mais tout ce qui me préoccupe, c’est le retour de la paix et le retour des déplacés chez eux », a dit Boukary Soaré, un déplacé de Douroula qui s’est retrouvé à Dédougou. « Au nom de la démocratie, les coups d’Etat sont condamnés. Mais au regard de la situation que nous vivons actuellement, toutes les solutions sont les bienvenues. Le régime qui vient d’être balayé a montré ses limites. Certes, Damiba n’a pas eu beaucoup de temps mais les attentes des populations étaient au-dessus de ce qu’il faisait. Il y a surtout qu’il a eu un écart en ce qui concerne ses promesses et ses actions », pense un responsable de la société civile. Pour ce dernier, le nouveau dirigeant doit impérativement prendre en compte l’opinion publique et rassembler toutes les couches sociales pour la cause commune. Il pense également que le dialogue doit aussi être mis à profit pour juguler la crise.

Baladji Barro que nous avons trouvé à son lieu de commerce est partagé entre deux sentiments. « D’un côté, le coup d’Etat est bien et de l’autre non. Presque chaque Burkinabè a déjà perdu un être cher dans cette guerre. Ce qui est très déplorable. Mais, on devrait accorder plus de temps à Damiba pour qu’il aille au bout de ses stratégies. Je pense qu’il avait la volonté et de retour des Etats-Unis récemment, il a eu de nouvelles idées à appliquer. Mais comme c’est déjà fait, on prie pour que le nouveau Président relève les défis. Moi je suis un ‘’enfant de Thomas Sankara’’ et j’invite les nouvelles autorités à mener une révolution. C’est ce que les Burkinabè veulent. A propos de la collaboration, je ne demande pas la rupture des relations avec la France à court terme car nos relations ont beaucoup duré et c’est difficile de couper le pont de façon soudaine. Unissons pour avancer », a-t-il dit.

Selon Kalifa Coulibaly, Cordonnier, le coup d’Etat est bien car Damiba n’a pas pu être à la hauteur car les attaques continuent, les morts se multiplient ainsi que les déplacés. Il a poursuivi en ces termes : « Quant à ceux qui viennent de prendre le pouvoir, je préfère être réservé et jugé aux résultats ». Pour Boukary Semdé, le coup d’Etat était prévisible au regard du nombre de victime qui a augmenté. Lui, pense que le nouvel homme fort doit changer de système. Mamadou Ilboudo, Tapissier, apprécie énormément le coup d’Etat. « Il faut maintenant unir tous les Burkinabè et trouver de meilleurs partenaires », souhaite-t-il.

Issa Mada Dama
Timabanews.net

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *