vendredi 19 août, 2022 | 20:42

CEP 2020 : Micro trottoir sur le dosage des sujets

IMG-20200716-WA0055

La composition des épreuves du Certificat d’études primaires (CEP) a pris fin ce 16 juillet 2020. En attendant les résultats de cette évaluation scolaire dont l’admission donne droit au premier diplôme dans notre pays, nous avons recueilli les impressions de certains acteurs de l’éducation à propos du dosage des sujets. Lisez plutôt !

Débuté le 14 juillet dernier, l’examen du CEP s’est tenu malgré quelques incertitudes provoquées par le contexte sanitaire mondial marqué par la pandémie de coronavirus et à cause des grèves observées dans le monde éducatif dans notre pays. Dans la Kossi, tout se serait bien déroulé puisse que nous avons fait le tour des centres d’examen et aucun incident n’a été signalé. Mais pour ce qui est des épreuves soumises aux candidats, les avis divergent.

Madame Dama, Conseillère pédagogique

Madame Dama, Conseillère pédagogique itinérante à l’inspection Nouna 3, pense que les sujets étaient adaptés au niveau des élèves. « Les épreuves étaient abordables dans l’ensemble. Je pense qu’un élève moyen peut y trouver son compte. J’ai particulièrement apprécié le fait que ce sont des questions ouvertes qui sont venues car cela détermine le niveau réel de l’apprenant », a-t-elle souligné. Par contre, elle reconnait que ces questions n’ont pas forcément tenu compte des différents niveaux taxonomiques.

Selon Adama Sangla, Directeur de l’école de Tonkoroni, toutes les questions ont été extraites du programme de la classe de CM2. Alors, dit-il : « Ca va dans l’ensemble ». Mais au niveau du problème et de l’étude de texte, il affirme que les élèves sont faibles par rapport à certaines notions qui leur ont été demandées.

Adama Sangla

 Dominique Dakyo, titulaire de CM2 à l’école Nouna Centre A, dit avoir de bonnes impressions. « Le niveau des épreuves était acceptable », affirme-t-il.

Dakyo Dominique

« Je n’ai pas relevé un problème majeur dans ces épreuves », confie Abdoulaye Koala, titulaire de CM2 à l’école de Kèmèna.

Abdoulaye Koala

Selon Sékou Diallo, lui aussi titulaire de CM2 à l’école Nouna Centre B, « les épreuves étaient passables. D’ailleurs, on a tout vu dans les classes ». Ce dernier pense cependant que la façon de poser les questions pourrait tromper certains élèves. Il suggère alors aux enseignants de se remettre en cause et aussi de chercher à adapter leurs méthodes à la nouvelle tendance qui consiste à passer par certaines tournures pour poser les questions.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG-20200716-WA0042.jpg.
Sékou Diallo

Tous ces éducateurs soulèvent néanmoins la même préoccupation. Il s’agit du contexte de pandémie de coronavirus et de grève qui a porté un coup sur l’exécution des programmes. Ils ont signifié par ailleurs que les sujets proposés aux candidats seraient encore plus abordables si les cours s’étaient déroulés de façon normale. Aussi, s’attendaient-ils à des épreuves plus accessibles et qui tiennent compte du contexte de l’année scolaire. Selon le responsable aux examens et concours à la direction provinciale de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle de la Kossi, Mohamed Toé, les épreuves ont respecté le programme de la classe de CM2. Alors, il est optimiste et pense que les candidats vont s’en sortir.

Madame Yaméogo, en service à l’école Nouna Centre B, était surveillante. Pour elle, les épreuves étaient difficiles dans l’ensemble. Mais, elle aussi tient ce langage au regard de l’année scolaire qui a été beaucoup bouleversée.

Madame Yaméogo

« Les difficultés se situaient beaucoup plus en étude de texte, en histoire-géographie, en sciences et surtout en problème ». Le sujet d’opérations était la plus abordable selon elle. « Moi j’aurais souhaité que les épreuves soient axées sur le début du programme dans un contexte où de nombreux enseignants ont manqué de temps pour faire les révisions nécessaires », a-t-elle ajouté.

Issa Mada Dama

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.