jeudi 2 février, 2023 | 2:39

Nouna : Le Centre de recherche en santé présente le projet B-change contre la résistance des antibiotiques

IMG_20221208_094358_133

La résistance antibiotiques constitue un problème de santé publique car elle serait la cause de 700 000 morts par an, des chiffres qui pourraient évoluer jusqu’à 10 millions. C’est pour développer et affiner une intervention visant une diminution ou une maitrise de cette résistance antimicrobienne que le Centre de recherche en santé de Nouna ( CRSN) et ses partenaires ont initié une recherche intitulée : << Amélioration de l’utilisation des antibiotiques en Afrique de l’Ouest : exploration de la situation actuelle et développement de stratégies pour le changement de comportements (AMR-B-CHANGE) >>. L’atelier de présentation, de plaidoyer et de lancement du projet a réuni les autorités, les leaders communautaires d’OSC et les associations corporatives d’exploitations agro-sylvo-pastorales de la Kossi ce 08 décembre 2022. C’était sous la patronage du Haut-commissaire et la présidence du Président de la délégation spéciale de Nouna.

Le Haut-commissaire au milieu, à sa droite le PDS de Nouna et à sa gauche le Dr Boubacar Coulibaly

L’atelier a débuté avec la présentation du CRSN par son premier responsable, le Docteur Ali Sié qui était en contact vidéo avec les participants comme la partenaire Aurélia Souares. L’on retient que cet institut a été créé le 22 septembre 1999 et intervient dans la recherche mais contribue aussi à la veille sanitaire et l’expertise.
Quant à AMR-B-CHANGE, Ali Sié a expliqué que le projet est financé par le Ministère allemand de la recherche et de l’éducation puis l’Agence nationale de la recherche en France. Il est mis en œuvre en partenariat avec Heidelberg Institute of Global Health (HIGH), le Bernhard Nocht Institute for Tropical Medicine (BNITM
Hambourg), le Kumasi Centre for Collaborative Research (KCCR Ghana), l’Institut de recherche et de développement (IRD France), l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS Burkina).

Des participants

Coordonnateur de AMR-B-CHANGE à Nouna, le Docteur Boubacar Coulibaly a livré une communication pour donner les détails du projet. L’on retient que l’étude se fera dans la Kossi ( Nouna – Djibasso) et dans la région du plateau central au Burkina Faso mais aussi dans la région Ashanti, au Ghana. Elle consiste à évaluer les données de référence sur les agents pathogènes présentant des résistances antimicrobiennes chez les animaux d’élevage et tout au long de la chaîne alimentaire, enquêter sur la perception et l’utilisation des antibiotiques y compris les sources des médicaments et les raisons de leur utilisation ainsi que les perceptions liées à la résistance aux antimicrobiens parmi les agents de santé, les éleveurs, les agriculteurs et les communautés. Le bœuf est la cible au Burkina et la volaille au Ghana.

Les workpakages 1 et 2 ont été respectivement présentés par Dramane Kiemdé et Hélène Pacéré / Sawadogo. Ces communications ont suscité l’intervention des participants pour des questions d’éclaircissement et des apports.

<< La résistance des antibiotiques est un phénomène naturel mais qui est accéléré par une prévention et un contrôle insuffisants des infections et surtout par l’utilisation inappropriée et excessive de ces molécules. Ce phénomène est une menace majeure de santé. Il est donc nécessaire qu’ensemble, nous créons un environnement sain afin qu’un changement de comportement puisse se produire >>, a dit le Haut-commissaire de la Kossi Jacques Abel Sanou. Avant de déclarer lancées les activités du projet, il a félicité le CRSN pour l’implication des parties prenantes. Il a aussi invité les participants à accompagner la structure et ses partenaires qui travaillent à préserver la santé des populations.

Issa Mada Dama
Timbanews.net

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *