vendredi 12 août, 2022 | 16:02

Santé mentale et oculaire : Les énormes efforts de l’OCADES Nouna

FB_IMG_1634259902356

Le programme de Réadaptation à base communautaire (RBC) de l’OCADES Caritas Nouna a célébré en différé la journée mondiale de la santé mentale et celle de la vue le 11 octobre 2021. C’était dans la salle de conférence du CAPA de Nouna en présence des corps constitués de la Kossi et des personnes vivants avec un handicap mental et visuel.

Le présidium de la cérémonie

Chaque année, environ 800 000 personnes souffrant de santé mentale mettent fin à leurs jours et d’autres, plus nombreuses encore, font une tentative de suicide. Il y a surtout que ces personnes sont souvent victimes de stigmatisation dans la société. C’est pourquoi l’Organisation mondiale de la santé ( OMS) a initié la Journée mondiale de la santé mentale qui a lieu chaque 10 octobre. Il s’agit d’une occasion pour sensibiliser les populations sur les questions de santé mentale et oculaire et aussi pour mobiliser les énergies en faveur des droits des personnes vivant avec un handicap. Il y a également la Journée mondiale de la vue qui est célébrée chaque deuxième semaine du mois d’octobre.

Une vue des autorités à la cérémonie

Avec l’appui financier de CBM, la RBC / OCADES Nouna a célébré ces journées de la santé mentale et de la vue les 5, 6, 7, 9 et 11 octobre 2021 respectivement sous les thèmes : << Respect des droits >> et << Tout le monde compte>>. L’objectif de l’OCADES est de favoriser l’inclusion des personnes vivant avec des déficiences psychosociales, intellectuelles et visuelles.

La Sœur Toyin Abegunde

<< Depuis quelques années, nous organisons ces journées en partenariat avec le district sanitaire de Nouna, les services de l’action sociale et bien d’autres structures. Je me réjouis des changements significatifs opérés dans la Kossi grâce à nos multiples actions de sensibilisation. Je voudrais ainsi remercier tous ceux qui sont impliqués dans ce combat pour une véritable inclusion sociale de ces personnes vivant avec un handicap >>, a déclaré la sœur Toyin Abegunde, responsable de la RBC.

L’abbé Sébastien Sanou

Pour l’abbé Sébastien Sanou, Secrétaire exécutif de l’OCADES Nouna, la célébration de ces journées permet de se rendre compte que la problématique de la santé mentale et oculaire est préoccupante dans la région. Il s’est néanmoins réjoui de la présence d’agents qui s’occupent de la santé mentale et de l’existence d’un centre ophtalmologue de référence à Nouna. Il a également plaidé pour plus d’engagement de la communauté en faveur des personnes vivant avec un handicap. En rappel, le centre ophtalmologue du CMA de Nouna, construit et équipé par CBM dans le cadre de PADESOM, a été inauguré le 18 février 2018.

David Ayoro (micro en main)

Représentant le Haut-commissaire, c’est le Secrétaire général de la Kossi, David Ayoro qui a présidé présidé la cérémonie. Il a rappelé l’importance de la commémoration de ces journées et exprimé sa gratitude à l’OCADES Nouna pour ces efforts.

Deux conférences ont marqué les activités. La première a porté sur la santé mentale et a été animée par Bienvenu Hien, psychiatre à Nouna. Il a évoqué les causes des problèmes de santé mentale qui sont entre autres les facteurs génétiques, l’environnement social hostile, la pauvreté, la consommation abusive de l’alcool et des boissons frelatées. Il a terminé son exposé en invitant les populations à travailler à réduire ces facteurs de risques et l’Etat à se pencher davantage sur la question.

Bienvenu Hien
Armand Meda

C’est l’ophtalmologue Armand Meda qui a animé la conférence portant sur la santé mentale. D’après lui, au Burkina Faso, la prévalence de cécité est de 8% chez les personnes âgées d’au moins 50 ans parmi ces personnes, 17 % ont une vision basse. A Nouna, depuis 2015, les conjonctivites, avec plus de 42% des cas, occupent le premier rang des affections, suivies par les cataractes ( 23,8%), les vices de réfraction ( 8,6%), les glaucomes ( 5,2%) et enfin la cécité de l’enfant par traumatisme. Armand Meda a aussi invité la population à se faire dépister régulièrement et à éviter les pratiques dangereuses pour l’oeil. Ce sont l’application du jus de citron, du savon, du sucre dilué, du sel dilué, de la potasse dans les yeux, l’utilisation des médicaments de la rue et l’automédication. Il a terminé son intervention en remerciant les partenaires du centre ophtalmologique que sont CBM, LFW, l’OCADES Nouna, Light for World, ADAP/K, Orchidia et explar.

La population a suivi avec beaucoup d’intérêt les communications

A l’issue donc des communications, les participants ont soulevé des préoccupations qui ont trouvé des réponses de la part des exposants. Les personnes vivant avec un handicap ont décrié la stigmatisation dont elles sont victimes et plaidé auprès des autorités pour leurs causes. Elles ont aussi adressé leurs remerciements à la RBC/OCADES Nouna qui ne ménage aucun effort pour la promotion de leurs droits. Séance tenante, des recommandations ont été faites pour davantage réduire la consommation des alcools frelatés dans la Kossi. C’est à travers un repas communautaire que la commémoration a pris fin.

Issa Lazare KOLGA
Timbanews.net

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.