vendredi 19 août, 2022 | 19:42

Paix et réconciliation : Bourasso montre le chemin

FB_IMG_1616959167302

Le 25 mars 2021, les fils et filles de la commune Bourasso dans la Kossi se sont réunis pour faire table rase des différends qui les opposaient. L’initiative est rendue possible grâce à la médiation et le soutien de la Coalition Jam pour la paix et la cohésion sociale.

La cérémonie a connu la participation du Gouverneur de la Boucle du Mouhoun Edgard Sié Sou, du Haut-commissaire de la Kossi Saïba Zoromé, des chefs des Cantons de la région, des autorités municipales, et des populations de Bourasso. Après des prières seyant à la circonstance, le Chef de Canton de Bourasso a souhaité la bienvenue aux participants. D’après lui, cette journée est l’aboutissement d’une démarche collective entamée depuis janvier 2021 pour désamorcer les tensions qui minent le développement de la commune.

Le Chef de canton de Bourasso

Le Chef de terre de Bourasso, Elisée Traoré a aussi intervenu dans la même lancée.

Le Chef de terre de Bourasso

Pour le Maire Sosthène Coulibaly, cet acte de pardon mutuel permettra de guérir les blessures intérieures et de débarrasser la haine des cœurs. << Le pardon est l’acceptation mutuelle de revivre ensemble en mettant fin aux causes et pratiques qui nous divisent >>, a-t-il dit.

Le Maire Sosthène Coulibaly

Le Gouverneur de la Boucle du Mouhoun Edgard Sié Sou a qualifié la cérémonie de haute portée nationale car selon lui, la réconciliation demeure une quête à assouvir dans notre pays. Il a félicité les acteurs qui se sont impliqués pour le retour de la symbiose entre habitants de Bourasso avant de lancer ceci : << C’est une responsabilité devant l’histoire que seuls les ressortissants de cette commune, reconnus pour leur fierté, peuvent décider d’assumer. Aujourd’hui, le Burkina Faso a besoin de paix. J’invite donc tous qui, hier, étaient des protagonistes à faire siennes cet engagement à perpétuer les valeurs de paix, d’union, de cohésion et de réconciliation >>.

Le Gouverneur de la Boucle du Mouhoun

A l’issue des allocutions, un acte de paix à été signé par le Chef de canton, le Maire et le Chef de terre de Bourasso. Il s’agit d’un engagement devant Dieu et les hommes pour enterrer la crise et renouer avec la fraternité afin de se pencher sur le développement de la commune.

A cette occasion également, le Chef de canton de Dédougou, responsable de la structure des chefs coutumiers de la région de la Boucle du Mouhoun dénommée << Massathon >>, a été désigné Ambassadeur régional de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale par la Coalition Jam.

Après la visite de la nouvelle mosquée offerte par Jam à Bourasso, les participants ont procédé à une séance de reboisement dans les locaux de la maire pour clore la journée en beauté. Ce qui a donné un réel motif de satisfaction à la représentante de la Coalition Jam à la cérémonie qui a a appelé tous les Burkinabè à suivre l’exemple de Bourasso.

En rappel, la commune de Bourasso est située à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Nouna. Un conflit de leadership opposant la chefferie coutumière au Maire avait semé la discorde dans la zone.

Issa Lazare KOLGA

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Une réponse

  1. Félicitation à ceux de bourasso qui ont accepté enterrer la hache de guerre.Je félicite ceux qui ont l’initiative avant que les choses ne se gâtent, aujourd’hui,tout notre problème au Burkina,il y a eu trop d’injustice, surtout les crimes de sang et certains pensent que l’on peut aller à une réconciliation sans que les fautifs ne paient pas leur crime.Nous sommes dans un pays de droit,si la loi ne s’applique pas,dites vous que l’impunité a des beaux devant elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.