vendredi 12 août, 2022 | 14:13

Nouna : Mamou Sy consacre sa vie aux plantes depuis plus de 40 ans

Âgée de 68 ans, Mamou Sy est pépiniériste à Nouna depuis 1979. Veuve avec une famille de 6 personnes à sa charge, elle tente tant bien que mal de subvenir à ses besoins grâce à cette activité à laquelle elle s’adonne avec passion.

Contribuer à sauver l’environnement et à faciliter le problème de bois, tels sont les motivations de Mamou Sy. Dans l’année, elle produit entre 35 000 à 40 000 plants destinés à la vente. Ainsi, chaque jour, du lever au coucher du soleil, elle est présente dans le jardin << Kossi Baden >> situé au secteur 1 de Nouna, juste à côté de la plaque indiquant le Centre Badeya. Elle fait germer et entretient des pépinières de pomme d’acajou, de baobab, d’eucalyptus, de néré, de goyavier, de caicedrat, de manguier, de Karité, d’oranger, de papayer et de pomme de cannelle.

<< J’achète les graines de certains plantes et je cueille d’autres en brousse. Je fais pousser ces graines en pépinières avant de fourrer chaque plants dans des sachets pour la vente. J’utilise ainsi environ 10 charretiers de sable à raison de 2 000 francs l’unité >>, explique-t-elle. Les plants sont vendus entre 100 francs et 200 francs selon l’espèce.

<< J’ai commencé cette activité en 1979 avec plusieurs femmes dans le cadre d’un groupement après une formation reçue des services de l’environnement. C’était vraiment difficile car la population ignorait la valeur des plantes et il n’y avait pas de marché. Alors, toutes les autres ont abandonné. Je continue seule maintenant parce que c’est devenu ma passion >>, a-t-elle poursuivi.

Avec l’âge, Mamou Sy commence à se préoccuper de l’entretien de ses pépinières pendant la saison sèche. En effet, à cette période, elle doit les arroser en puisant l’eau dans un puits près de son site. Lorsque ce dernier tarit, elle est obligée d’aller à la recherche de l’eau dans un autre puits un peu éloigné. Pourtant, la force de puiser et de tenir les arrosoirs lui font de plus en plus défaut. A propos, elle a lancé ceci : << Avant je me servais de deux arrosoirs. Mais maintenant, je dois me débrouiller avec un seul >>. Elle souhaite ainsi acquérir une motopompe dans le but de compenser la défaillance de force mais surtout pour augmenter la production.

Issa Mada Dama

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.