vendredi 19 août, 2022 | 21:22

Kossi : Clémentine, la femme rurale laborieuse

IMG-20200821-WA0074

Dans bon nombre de familles, la place de la femme demeure incommensurable. Dans les campagnes, si certaines ne sont commises qu’aux tâches ménagères, d’autres par contre excellent dans plusieurs domaines d’activités notamment dans l’agriculture.  C’est le cas de dame Clémentine Gninassé que nous avons trouvée aux côtés de son épouse dans leur champ familial dans le village de Pa dans la province de la Kossi.

Au Burkina Faso, la vie de la femme rurale n’est point reposante. De jours comme de nuits, elle est celle qui s’occupe des travaux ménagers, des enfants et même souvent de la recherche de la pitance quotidienne pour nourrir la famille. Elle est la première à se lever et reste la dernière à se mettre au lit. En saison hivernale, ce manque de repos devient accru pour celles qui ont décidées de venir en appui à leur mari dans les travaux champêtres.

C’est ainsi que notre rencontre avec Dame Clémentine est intervenue dans la matinée du vendredi 13 août 2020 dans le village de Pa en partance à Dokuy, une commune rurale située dans la Kossi. Il était 6 heures 30 minutes. Au bord de la voie, dans le champ de petit mil en stade de montaison clôturé des branches d’épines à peine d’un kilomètre à la rentrée du village, nous apercevions un homme, torche nue, en train de remuer la terre avec une grosse daba. A ses côtés, Clémentine Gninassé, son épouse. Visiblement, les deux semblaient rivaliser dans l’ardeur. La sueur coulait sur leurs visages malgré la fraicheur qu’il faisait.

« Mes enfants sont pour le moment trop petits pour aider leur père au champ. C’est pourquoi je l’épaule dans ses travaux. D’ailleurs, c’est mon devoir de l’aider à subvenir aux besoins de la famille. En plus de cela, c’est un partenariat gagnant entre nous. En effet, il mon mari m’aide aussi dans les travaux de mes champs personnels de haricot et d’arachides », nous confie la brave paysanne. Madou Dama, son époux, est fier d’elle. « C’est logique qu’une femme soutienne son mari dans ses activités surtout quand le couple n’a pas encore des enfants majeurs. La mienne le fait et cela me va droit au cœur », a-t-il affirmé.

Issa Lazare Kolga

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Une réponse

  1. Beaucoup de courage à elle, toutes mes félicitation pour sa contribution au bien être de sa famille au coté de son mari.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.