mardi 16 août, 2022 | 19:26

Chronique Santé : Le tabagisme

FB_IMG_1615036673603

Le tabagisme est une toxicomanie résultant de l’accoutumance à l’un ou l’autre des produits fabriqués à partir des feuilles de tabac : cigarettes, cigares, tabac à pipe, tabac à priser et à chiquer, etc.

La nicotine contenue dans le tabac constitue le principal agent de cette accoutumance. Elle créerait une dépendance plus forte que le font l’héroïne, la cocaïne et l’alcool. Puisque la fumée de cigarette passe directement des poumons au cerveau par les artères, elle y achemine plus rapidement la nicotine (en moins de 10 secondes) que ne le ferait une injection intraveineuse. De plus, le fumeur apprend à doser très précisément son besoin en nicotine par la profondeur, l’intensité et la durée de son inhalation, ce qui, croit-on, cause une forte accoutumance.

Les dangers du tabagisme sont liés aux composantes que libère le tabac au moment de sa combustion. Les experts ont pu identifier plus de 4 000 substances chimiques dans la fumée du tabac, incluant du monoxyde de carbone, du goudron, de l’arsenic, du formaldéhyde et du benzène. Parmi celles-ci, une cinquantaine sont cancérigènes pour l’humain.

La consommation de tabac est aujourd’hui la première cause de mortalité évitable à travers le monde.Le phénomène d’accoutumance à la nicotine se produit dans le cerveau. Dès que la nicotine y arrive, elle stimule la libération de dopamine. Ce messager chimique joue un rôle clé dans la perception neurologique du plaisir. Il diminue l’anxiété, améliore l’humeur et la mémoire et réduit l’appétit. Pour une personne qui veut cesser de fumer, la perte de ces éléments véritablement positifs du tabagisme est une étape cruciale à franchir.Si l’on calcule que chaque cigarette permet environ 10 bouffées, une personne qui fume 30 cigarettes par jour envoie, quotidiennement, 300 appels de dopamine à son cerveau!D’autres facteurs émotifs et comportementaux accroissent la dépendance, comme le plaisir du geste et l’association avec des moments agréables (le premier café, le repas avec des amis, etc.).

La toxicomanie devient rapidement un problème chronique. Le tabagisme réduit l’espérance de vie des fumeurs de 10 ans, en moyenne, comparativement aux non-fumeurs. Il est l’un des principaux facteurs de risque de nombreuses maladies. Voici les plus courantes : l’hypertension ; les maladies cardiovasculaires, accident vasculaire cérébral, bronchite chronique et emphysème pouvant entraîner une insuffisance respiratoire ou cardiaque; les cancers de la bouche, de l’œsophage, de la vessie… ; dysfonction érectile ; ulcère gastroduodénal….

Avec le temps, plusieurs autres conséquences peuvent découler du tabagisme. En outre, le tabagisme accélère le vieillissement de la peau. Les non-fumeurs exposés à la fumée secondaire courent un risque accru d’avoir les mêmes problèmes de santé que les fumeurs. Les enfants sont particulièrement sensibles à la fumée secondaire. Les deux tiers de la fumée émanant d’une cigarette ne sont pas inhalés par le fumeur mais sont libérés dans l’environnement immédiat.Le tabagisme est à proscrire durant une grossesse car il peut avoir des conséquences néfastes pour la mère et l’enfant.

Lorsque les fumeurs cessent de consommer de la nicotine, certains effets dus au sevrage apparaissent. Ces symptômes sont au plus fort après quelques jours de sevrage mais peuvent subsister plusieurs semaines et même quelques mois. Cela dit, la nicotine est éliminée du corps rapidement : 4 jours après l’arrêt tabagique, on ne détecte plus de nicotine dans le sang.

Voici les principaux symptômes du sevrage :• Une tension et de l’irritabilité ;• Par moments, de fortes envies de fumer ;• La bouche et la gorge sèches ;• De l’anxiété ;• Des tremblements ;• De l’insomnie ;• Des maux de tête ;• Un accroissement de l’appétit ;• Un désir accru de manger des sucreries ;• De la diarrhée, de la constipation et des douleurs au ventre.

Toutes les personnes qui fument sont susceptibles de devenir dépendantes au tabac mais à des degrés divers. Cela permettrait d’expliquer pourquoi tous les fumeurs ne sont pas égaux devant la cigarette. Pour les plus vulnérables, la dépendance s’acquiert souvent durant l’adolescence et peut survenir quelques jours ou quelques semaines après la première cigarette fumée.

Aristide SOW

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

mardi 16 août, 2022 à 13:39
mardi 16 août, 2022 à 13:39
Santé : La Covid-19 toujours d’actualité
mardi 16 août, 2022 à 13:29
mardi 16 août, 2022 à 11:54