jeudi 8 décembre, 2022 | 14:17

Ça inspire : Malick Sidibé, un modèle de jeune entrepreneur

IMG-20220321-WA0030

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années. Ce proverbe illustre parfaitement le vas du jeune entrepreneur Malick Sidibé. A seulement 28 ans, il est son propre boss pour emprunter l’expression en vogue sur les réseaux sociaux. Pourtant il a commencé au bas de l’échelle. De serveur de bar à employé dans des grandes sociétés privées, Malick a créé son entreprise dénommée << SIDIM SARL >>. Voici le récit de cette ascension qui continue son bonhomme de chemin.

Malick Sidibé est un fils de Barani dans la province de la Kossi. Son père fut le premier Maire de cette commune. Il est né le 02 janvier 1994 à Orodara. Il effectue ses études primaires à Bobo-Dioulasso puis à l’école Cathédrale de Nouna où il a obtenu le CEP. Il rejoint le Collège Charles Lwanga ( CCL ) de Nouna et y décroche le BEPC en 2009. Il s’inscrit au Béthel à Dedougou pour étudier la comptabilité. C’est à Bobo qu’il obtient le CAP, le BEP puis le Bac G2 en 2012. C’est ainsi que l’Institut burkinabè des arts et métiers à Ouagadougou l’accueille. Il s’agit d’une université qui reçoit les meilleurs au Bac. Malick y décroche une licence en Comptabilité contrôle audit.

L’entrée dans la vie active

En 2016, comme tout jeune burkinabè, Malick Sidibé cherche du travail. L’hôtel SOPATEL de Idrissa Nassa l’embauche pendant un an. Il intègre le groupe Ouedraogo Boureima et frères (OBOUF) où il travaille comme Chef Comptable puis Contrôleur de gestion. Après de brillants services dans ces entreprises, Malick se rend à Bobo et travaille pendant 2 ans en tant que DAF dans la société du célèbre Soul Pressing.

<< C’est après cela que j’ai croisé l’homme qui allait changer la vie >>, nous confie Malick Sidibé. En effet, en 2018, il a rencontré Lamine Ouedraogo, PGD du groupe Solam. Malick travaille dans son entreprise comme DAF. Mais Lamine Ouedraogo se comporte plus en guide qu’en patron avec son DAF. Logiquement, Malick bondit dans l’entrepreneuriat avec le maximum de bagages.

En 2020, il crée sa propre société à Ouagadougou qu’il appelle SIDIM SARL. Au départ, il s’agissait seulement d’un service de livraison. Mais l’entreprise a évolué et a embrassé plusieurs domaines d’activités dont l’agro-business, la location et la vente de véhicules puis le transport de marchandises. De nos jours, SIDIM SARL c’est 5 véhicules pour la location, des camions de transport en plus du service de livraison. La société emploie 17 personnes dont 10 de façon directe.

Malick Sidibé a pourtant commencé au bas de l’échelle. En effet, il a été serveur dans des restaurants, comme, gérant, DJ et manager dans des boîtes de nuit.
<< La réussite n’est pas obligatoirement dans la fonction publique, ni dans le privé, ni dans l’entrepreneuriat. La réussite dépend de la détermination, du sérieux et des ambitions >>, pense-t-il. Il ambitionne d’investir dans la pisciculture et la maraîcherculture à Nouna au profit des femmes.

Titulaire d’un Master en Compatibilité contrôle audit, Malick Sidibé continue toujours d’étudier afin de renforcer ses compétences car, dit-il, << Plus mon entreprise grandit, plus je me sens utile rien qu’à voir le nombre de jeunes qui pourraient y travailler et gagner leur vie >>.

Issa Mada Dama

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

mercredi 7 décembre, 2022 à 20:59
mardi 6 décembre, 2022 à 21:00
lundi 5 décembre, 2022 à 20:02
dimanche 4 décembre, 2022 à 20:25
vendredi 2 décembre, 2022 à 10:15