vendredi 19 août, 2022 | 19:29

Burkina – Zorgho demande la libération de son fils Roch Kaboré

FB_IMG_1647887393665

🔴 « [Roch] a fait ce qu’il pouvait, humainement, faire… » (Déclaration)

Dans une déclaration rendue publique lundi, les responsables coutumiers, religieux et d’associations, anciens, femmes, jeunes, cadres, opérateurs économiques, fonctionnaires, élèves et étudiants, filles et fils de la Province du Ganzourgou réunis samedi à Zorgho, ont demandé la libération de leur fils, Roch Kaboré, privé de liberté depuis le coup d’Etat du 24 janvier 2022 du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR).

Les ressortissants de Zorgho rappellent que depuis l’accession au pouvoir de « leur fils », il a fait face, à « une adversité jamais égalée dans l’histoire de notre pays, du fait, notamment, de la fronde sociale quasi permanente et des innombrables attaques terroristes ».

« Face à tous ces défis, notre fils et frère, le Président Roch Marc Christian Kaboré a fait ce qu’il pouvait, humainement, faire et nous en tirons une grande fierté », peut-on lire dans la déclaration authentifiée par plusieurs ressortissants ayant pris part à la rencontre.

« C’est pourquoi, dans un élan de solidarité fraternelle, nous appelons les nouvelles autorités à libérer le Président Roch Marc Christian Kaboré et à prendre toutes les dispositions afin de lui permettre de jouir de ses droits de citoyen et d’ancien Chef d’Etat », indique la déclaration.

Selon la déclaration, l’ancien Président ne jouit plus de sa liberté d’aller et de venir, de vivre convenablement avec sa famille, ses amis et ses connaissances. Et les ressortissants de la province estiment que cela constitue pour eux, « un motif de grande préoccupation ».

Et de rappeler que c’est le peuple burkinabè qui, librement et démocratiquement, a élu Roch Marc Christian Kaboré le 29 novembre 2015 puis, après un premier mandat de cinq ans, l’a réélu le 22 novembre 2020 comme Président du Faso.

Les ressortissants du Ganzourgou disent pleurer « avec la nation entière, la mort de valeureux filles et fils, civils et non civils. Nous compatissons à la douleur des nombreux blessés et déplacés internes ».

« Nous élevons des prières et des bénédictions sur les nouvelles autorités du pays, sur toutes les filles et tous les fils de la nation ainsi que sur toutes les personnes de bonne volonté qui travaillent pour la paix et la concorde dans notre pays, qui œuvrent à la libération du Président Roch Marc Christian Kaboré », termine la déclaration.

Source : Radio Oméga

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.