jeudi 29 septembre, 2022 | 18:18

Littérature : <>, bientôt dans les bibliothèques

1660835749040

L’inspiration est de Telesphore Zoumbara, Attaché d’éducation au Lycée communal de Nouna. Il s’agit d’un roman qui évoque la solidarité, la tradition africaine, la parenté à plaisanterie, l’amitié, l’amour scolaire, la trahison… Nous vous proposons une brève présentation de l’auteur et un bref résumé de l’ouvrage qui sera disponible en fin août 2022.

Né à Nouna le 06 novembre 1978, Telesphore Zoumbara a effectué ses études primaires à l’école Stade et celles post-primaires au Lycée provincial de la même ville. C’est après l’obtention du BEPC en 1996 qu’il a été admis au concours des Enseignants du primaire. Il a servi deux ans dans la province des Banwa avant de rejoindre la Kossi. De Directeur d’école, il a intégré le corps de la vie scolaire et sert actuellement au Lycée communal de Nouna comme Attaché d’éducation.

Passionné de littérature, Telesphore Zoumbara a commencé l’écriture de son premier roman dès la classe de 4e en 1995. Terminée en 2022, l’œuvre relate une histoire mouvementée de Yetouba qui a quitté le village pour la ville dans le cadre de ses études. Yetouba a été rattrapé par son passé après son mariage avec Marguerite. Ses idylles pendant son cursus scolaire avec Mireille et Amandine avaient en effet donné deux progénitures.

Telesphore Zoumbara

<< Un terrible duel s’était engagé entre son passé et son futur. Son présent souffrait énormément de cette confrontation. Heureusement, il sortit de sa léthargie et orienta résolument son regard vers l’avenir, vers cette vie aux mille méandres ! Pour jouir pleinement de sa vie, il faut savoir combattre son passé >>, peut-on résumer l’ouvrage. Une merveille à déguster bientôt.

Issa Mada Dama
Timbanews.net

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

jeudi 29 septembre, 2022 à 13:09
jeudi 29 septembre, 2022 à 10:53
mercredi 28 septembre, 2022 à 17:24
mercredi 28 septembre, 2022 à 16:22
mercredi 28 septembre, 2022 à 13:50