jeudi 18 juillet, 2024 | 1:14

Et si on en parlait : Les puits perdus à Nouna

IMG-20210915-WA0078

Le phénomène est connu de tous. Les puits perdus endeuillent chaque année des familles à Nouna. Rien que le 15 septembre dernier, un enfant de 4 ans est décédé dans un puits perdu.

Le fait est que lorsqu’une personne acquiert une parcelle, elle s’empresse d’y réaliser un puits pour signaler que le terrain a un propriétaire. Généralement, la parcelle n’a pas de clôture et le puits n’a pas de margelle. Ce sont les enfants qui s’y noient le plus souvent mais l’on a également vu des adultes perdre la vie à cause de ses puits creusés à tout vent.

Allons nous continuer à vivre ces drames ? N’existe-t-il pas d’autres astuces pour marquer son terrain ? En tout cas il s’impose que des solutions idoines soient trouvées. A propos, si certains accusent les populations, d’autres pensent que les autorités doivent prendre des décisions fermes.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Issa Mada Dama

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mardi 16 juillet, 2024 à 20:46
mardi 16 juillet, 2024 à 20:46
Les soldats économiques du BF selon Aziz Nignan
samedi 13 juillet, 2024 à 1:48
samedi 13 juillet, 2024 à 1:34
dimanche 7 juillet, 2024 à 8:06
samedi 6 juillet, 2024 à 8:04