vendredi 19 août, 2022 | 20:08

DÉCLARATION LIMINAIRE À L’OCCASION DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE DU MARDI 1er JUIN DU GROUPE PARLEMENTAIRE CDP DE LA HUITIÈME LÉGISLATURE

FB_IMG_1622614756579

Mesdames et messieurs les journalistes,

Chers invités,

J’aimerais avant tout propos, vous exprimer, au nom de l’ensemble des députés du Groupe parlementaire CDP, mes remerciements pour cette occasion d’échanges.
Ces échanges vont porter essentiellement sur deux points :
Nous vous ferons d’abord la présentation du groupe parlementaire et ensuite, nous vous donnerons quelques informations relatives à la participation de notre groupe parlementaire à la première session ordinaire de l’année et à la vie de l’Institution parlementaire installée il y a moins de six mois.

Mesdames et messieurs les journalistes, à l’issue des élections législatives du 22 novembre dernier, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) est sortie avec 20 députés. Comme vous le savez, après la validation de nos mandats, le 28 décembre 2020, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau Règlement. En vertu de son article 31, pour constituer un groupe parlementaire, il faut un minimum de dix députés.

C’est ainsi que les députés élus sous la bannière du CDP ont constitué le groupe parlementaire CDP. Cependant, je voudrais relever que le groupe parlementaire CDP comprend actuellement 15 députés puisque nous avons convenu que cinq de nos députés se mettent avec des députés de partis de l’opposition pour constituer le groupe parlementaire Paix, Justice et Réconciliation nationale PJRN. Notre groupe est composé comme suit :
Député KABORE Albert du Kouritenga
Député SAMANDOULGOU Boukaré du Boulgou
Député NIAMPA Jacques Boukary du Loroum
Député NIKIEMA Moussa du Kadiogo
Député SAWADOGO Salifou du Kadiogo
Député SAM Kuilbila Jean Sylvestre du Bazèga
Député YAGUIBOU Bouba du Nahouri
Député SANNOU Boubacar des Banwa
Député YE Bongnessan Arsène des Balé
Député SOME Dari N°1 du Nombiel
Député MILLOGO Yakouba du Houët
Député OUEDRAOGO/SAWADOGO Maïmouna de l’Oubritenga
Député ZOUNGRANA Yahaya du Boulkiemdé
Députés KOMBOIGO Wend-Venem Eddie Constance Hyacinthe et
TAPSOBA Achille Marie Joseph de la liste nationale.

Le groupe parlementaire CDP, présidé par le député Achille Joseph Marie TAPSOBA est composé de 14 hommes et d’une femme, du reste l’unique femme député de l’opposition.

Il convient de souligner qu’étant le parti de l’opposition ayant détenu le plus grand nombre de députés à l’issue des consultations législatives de 2020, le Président du CDP, le député Eddie Constance Hyacinthe KOMBOIGO est le chef de file de l’opposition politique (CFOP).

Après la constitution de notre groupe, nous avons pleinement participé à la mise en place des organes de l’Assemblée nationale. C’est ainsi qu’au niveau du bureau de l’Assemblée nationale, un député du groupe occupe un poste de Vice-président en la personne du député SANNOU Boubacar ;

la député Maïmouna OUEDRAOGO/SAWADOGO occupe le poste de sixième secrétaire parlementaire.

Au niveau des Commissions générales, la Commission Jeunesse, éducation, emploi et culture (CJEEC) est présidée par le député Yahaya ZOUNGRANA.

En plus des organes et instances du parlement, des juges parlementaires ont été également désignés pour siéger au niveau de la Haute cour de justice. Le député CDPYAGUIBOU Bouba, a été élu juge titulaire de la Chambre d’appel et le député CDP NIAMPA Jacques Boukary comme juge suppléant de la Haute Cour de justice.

Dans le cadre de la représentation de l’Assemblée nationale burkinabé dans les parlements internationaux et communautaires, des députés de notre groupe CDP font partie des délégations officielles de notre Assemblée dans les parlements suivants :
Parlement de la CEDEAO ;
Parlement ACP-UE ;
Union interparlementaire (IUP) ;
Comité interparlementaire de l’UEMOA (CIP-UEMOA) ;
Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) ;
Union parlementaire des pays membres de l’Organisation de la conférence islamique (UPMOCI) ;
Parlement du G5 Sahel ;

On note toutefois, l’absence de l’opposition au niveau du parlement panafricain.

Mesdames et messieurs de la presse,
Dans l’ordre du jour de la session spéciale, le 4 février dernier, conformément à l’article 63 de la Constitution, le Premier ministre nouvellement désigné par le Président du Faso réélu, a engagé devant le parlement, la responsabilité de son gouvernement sur la politique qu’il entend mettre en œuvre dans une Déclaration de la Politique générale. Notre groupe parlementaire est resté perplexe devant les déclarations d’intentions face aux grandes préoccupations de l’heure.
A l’issue de son exposé et des débats avec les députés, notre groupe parlementaire a clairement exprimé ses positions à travers une déclaration de vote et comme vous l’aviez constaté en son temps, notre groupe parlementaire a voté « CONTRE ».

Le vote « CONTRE » se justifie par le fait que la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre étant la mise en œuvre du programme du candidat de la majorité, le Groupe Parlementaire a estimé que son programme porté par son candidat, même s’il n’a pas obtenu la majorité du suffrage reste pertinent et le meilleur programme alternatif pour le développement du Burkina Faso.

Mesdames et messieurs les journalistes, conformément à l’article 87 de la Constitution, l’Assemblée nationale a tenu sa première session ordinaire de l’année 2021 du mercredi 3 mars au vendredi 28 mai dernier.

Trente (30) projets de lois ont été adoptés au cours de cette session au nombre desquels Vingt (20) projets de lois portant sur des accords de ratification, quatre (04) résolutions portant validation de mandats de députés et élection de juges parlementaires et dix (10) autres lois ordinaires dont entre autres :
la loi portant protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel ;
la loi portant prorogation du mandat des conseils municipaux et régionaux des communes et régions du Burkina Faso ;
la loi portant régime de sécurité sociale, applicable aux agents publics de l’État et celle applicable aux travailleurs salariés du privé pour lesquelles notre groupe a donné son quitus. Par contre, il s’est abstenu au vote de la loi de finance rectificative en ce sens qu’elle dénote d’une insuffisance dans la gouvernance financière de notre patrimoine commun.
Autre fait marquant de cette session ordinaire le 20 mai dernier, en application de l’article 109 de la Constitution, le Premier ministre a fait une Déclaration sur la Situation de la Nation. Au cours de cet exercice, les députés de notre groupe ont jugé insuffisantes les réalisations du gouvernement au regard de l’immensité des attentes et des besoins prioritaires des populations et exprimé des préoccupations sur des sujets d’intérêts national, sectoriel et local au nombre desquelles la sécurité, réconciliation nationale, la cohésion sociale et la relance économique figuraient en bonne position.

Mesdames et messieurs les journalistes, avant de clore ce bref bilan des premières sessions de la nouvelle législature, nous ne pouvons pas passer sous silence la situation nationale marquée par la crise dans le monde éducatif. Comme nous le savons tous, face à la volonté du gouvernement de mettre en œuvre une réforme sur l’organisation des examens et concours scolaires, les élèves organisés au sein de l’Association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO) ont élevé une vive protestation contre cette réforme. La répression qui s’en est suivie a occasionné la mort de deux élèves et de nombreux blessés.
Le groupe parlementaire CDP, par ma voix, tient à présenter ses sincères condoléances aux familles éplorées et un prompt rétablissement aux blessés.
Face à la gravité de la situation, notre groupe estime qu’une sortie de crise passe nécessairement par une véritable concertation avec tous les acteurs du monde éducatif y compris les élèves. Nous lançons un appel au gouvernement pour assumer sa responsabilité de trouver une issue convenable à cette crise pour le bien de nos enfants, des parents, des enseignants et de la nation.

Mesdames et messieurs les journalistes, nous voilà au terme de notre déclaration liminaire. Nous nous mettons à votre disposition pour vos questions et besoins de clarification sur les points qui ont retenu votre attention.

Je vous remercie !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.