mardi 16 août, 2022 | 18:14

Assurance maladie universelle : SOS Jeunesse et Défis rencontre le comité de suivi et de veille communal de Nouna

IMG-20210603-WA0071

Le 03 juin 2021, dans le cadre de l’implémentation de l’Assurance Maladie Universelle ( AMU) au Burkina Faso plus précisément dans la Boucle du Mouhoun, le Comité de suivi et de veille communal (CSVC) de Nouna a reçu la visite de Carine Ouédraogo, Chargée du projet AMU à SOS Jeunesse et défis (SOS/JD) et de Aminata Rouamba, animatrice du même projet.

Carine Ouedraogo

Après la présentation du programme dactivités, cette rencontre a débuté avec des échanges sur les difficultés que l’implémentation de l’AMU rencontre dans la commune de Nouna. Carine Ouédraogo, la Chargée du projet, a par la suite rappelé les responsabilités et le rôle du CSVC dans dans le processus. Un nouveau programme d’activités a également été proposé et validé par l’assemblée. Au terme des échanges, les participants ont effectué une série de visites.

Cest le Secrétaire général de la mairie de commune de Nouna, Lassina Djerma qui a dabord reçu la mission. Le projet ainsi que les acteurs de mise en uvre lui ont ainsi été présentés. Il n’a pas manqué de les encourager et de leur prodiguer des conseils pour la réussite de leurs activités. Les acteurs du projet sont aussi allés sur le terrain à la rencontre des certains bénéficiaires. Il était question de recueillir leurs témoignages afin relever les défis majeurs que l’implémentation de l’AMU rencontre.

Photo de famille avec Lassina Djerma

Aminata Sidibé, habitante du secteur 2 de Nouna, avoue n’avoir toujours pas bénéficié des prises en charge conformément à son statut d’enrôlée. « Cest un bon projet qui va beaucoup soulager nous les pauvres. Mais le problème cest sa mise en œuvre qui se fait toujours attendre. La santé étant la première richesse, jai hâte de voir lapplication de l’assurance maladie. Toute notre société en sera édifiée », a-t-elle dit.

Aminata Sidibé

Pour Bakary Balima, lui aussi habitant du secteur 2, depuis son enrôlement au régime d’AMU, il n’a pas reçu de carte, par conséquent, il ne bénéficie pas des prises en charges. Il alors a appelé les acteurs du projet à accélérer le processus d’opérationnalisation.

Bakary Balima

En rappel, l’Assurance maladie universelle ( AMU) est une politique de protection sociale de l’Etat burkinabè au profit des populations sans distinction de race, de nationalité, de sexe, dorigine et d’antécédent pathologique et qui est fondé sur les principes de solidarité nationale, déquité, de non-discrimination, de mutualisation des risques, defficience et de responsabilité générale de l’Etat. L’adhésion est obligatoire et donne droit à une prise en charge quasiment gratuite. En effet, cest le système qui supporte les frais de santé des adhérents mais ceux-ci devront s’acquitter d’une cotisation annuelle très infime comme c’est le cas dans les mutuelles de santé. Pour les indigents, cest-à-dire les personnes en incapacité de cotiser, la prise en charge est totalement gratuite. D’ailleurs, ces personnes ont déjà été recensées et bénéficieront incessant de la mesure. En clair, tous les habitants du Faso, riches, pauvres ou très pauvres pourront se faire soigner sans être inquiétés par les dépenses y relatives. Depuis 2015, plusieurs activités ont été menées pour son opérationnalisation qui rencontre toujours quelques difficultés pratiques.

Dama Soumaila Soumfirst
Timbanews.net

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

mardi 16 août, 2022 à 13:39
mardi 16 août, 2022 à 13:39
Santé : La Covid-19 toujours d’actualité
mardi 16 août, 2022 à 13:29
mardi 16 août, 2022 à 11:54