jeudi 1 décembre, 2022 | 0:48

<>, Émile Bigtogo, Étudiant burkinabè

FB_IMG_16282940458815362

04 août, tu me rappelles, tu me ramènes dans l’histoire de la nuit belle, la belle nuit qui a changé l’histoire de notre
peuple avec le capitaine
Thomas Sankara.

Mais si je pouvais écrire à Thomas Sankara, j’allais lui dire beaucoup de choses. J’allais lui dire qu’aujourd’hui, le pays a reculé 38 ans en arrière qu’avant la révolution.
J’allais lui dire que la population manque de nourriture, les hôpitaux manquent de personnels et de matériels. J’allais lui dire que le pays est attaqué et les Militaires manquent de l’armement. J’allais lui dire que le pays manque d’infrastructures de bonne qualité. J’allais lui dire que les citoyens manquent de confiance à l’Etat par la faute de la gabegie, de l’affairisme, du clientélisme de la part des décideurs politiques au sommet de l’Etat.

J’allais lui dire que les gens manquent de maisons et ont envahi les ponts et les rues. J’allais lui dire que pendant que les uns s’enflamment, les autres se noient. J’allais lui dire que pendant que les uns ont besoin de l’eau potable, les autres se lavent avec des champagnes. J’allais lui dire que les pleurs du peuple ne sont plus écoutés.

Enfin j’allais lui dire d’y revenir

Timbanews.net

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dimanche 27 novembre, 2022 à 13:45
vendredi 25 novembre, 2022 à 17:39
vendredi 25 novembre, 2022 à 17:26
vendredi 25 novembre, 2022 à 16:14