jeudi 23 septembre, 2021 | 8:59

Ça inspire : Zakaria Komboroni dit Dja, tailleur par excellence

IMG-20210913-WA0301

Parti presque de rien, Zakaria Komboroni a su s’imposer par la qualité de son travail dans le domaine de la couture à Nouna. De nos jours, l’homme qui se fait appeler Dja est une référence dans son domaine. Il y a fait fortune et inspire plus d’un. Nous vous proposons son parcours qu’il a bien voulu partager avec nous.

Né en Côte d’Ivoire en 1985, Zakaria Komboroni est arrivé à Nouna à l’âge de 3 ans. Inscrit à l’école Cathédrale, il abandonne au CM1 pour intégrer l’atelier de couture de Dramane Yelemou. Il apprend le métier pendant une dizaine d’années avant d’ouvrir son propre atelier.

<< Pour m’installer à mon propre compte, j’ai acheté une machine et loué une pièce. Je vous confie que je n’avais même pas une chaise pour m’asseoir. C’est un mortier que j’utilisais en attendant >>, explique Dja. Il est spécialisé dans la coupe couture homme. A Nouna, il a apporté d’énormes innovations dans le domaine. Le respect du délai est surtout de rigueur chez lui en plus de la qualité de ses réalisations. Tous ses clients apprécient son travail. Des fonctionnaires affectés dans d’autres villes du pays continuent de solliciter ses services. Les chemises, les pantalons et les vestes sont ce qu’il sait faire le mieux.

<< Je pense que c’est une mission qui m’a été confiée par Dieu. De plus, je suis rigoureux dans le travail. Ainsi, je m’efforce toujours à respecter les rendez-vous. La satisfaction du client est mon seul credo >>, a répondu Dja lorsque nous avons demandé à connaître le secret de sa réussite. Grâce à ce métier, il a pu construire des maisons dont d’autres sont en location. Plus d’une vingtaine de jeunes se sont formés à la couture chez lui et certains sont déjà installés à leur propre compte.

Aux jeunes, Zakaria Komboroni dit Dja conseille ceci : << Il faut être patient dans tout ce qu’on entreprend. C’est vrai qu’il faut avoir de l’ambition, mais il faut être pratique et accepter commencer petit. Car, c’est petit à petit que l’oiseau fait son nid >>. Comme projet, il rêve d’ouvrir un centre de formation afin de partager son immense expérience en couture.

Issa Mada Dama

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mercredi 22 septembre, 2021 à 0:38
lundi 20 septembre, 2021 à 22:15
lundi 20 septembre, 2021 à 9:00
samedi 18 septembre, 2021 à 8:33
samedi 18 septembre, 2021 à 8:33
Et si on en parlait : Les puits perdus à Nouna
jeudi 16 septembre, 2021 à 21:56
jeudi 16 septembre, 2021 à 21:56
Nouna : Un enfant meurt dans un puits perdu